SÉVERINE

L’accident

Le 17/04/2017 est une date que je ne peux pas oublier… C’est un matin comme les autres, je me douche, me lave les cheveux puis en les séchant la tête en bas, j’ai de gros vertiges… Je trouve une excuse, je me dis que c’est sûrement parce que je ne prends pas de petit-déjeuner. Je prépare les enfants, je vais au travail et là, les vomissements commencent. Je me dis « Oh, ça va passer ! », j’espère que ce n’est pas une gastro… Mes collègues pensent que je suis enceinte, nous en avons même rigolé. Puis, les heures passent… Je rentre à la maison pour m’allonger en pensant que ça irait mieux. Je m’endors… Mais, lorsque j’ouvre les yeux : impossible de bouger mon bras et ma jambe gauche ! Je me trouve une autre excuse… Je me dis que mon bras et ma jambe sont engourdis sûrement parce que je me suis endormie sur le côté ! Mais très vite, nous nous rendons à l’évidence, ce n’est pas normal, rien ne fonctionne…

Ma prise en charge

Une fois arrivée aux urgences, ils me prennent en charge rapidement et m’examinent… Le verdict tombe : c’est un AVC. Je ne peux pas l’entendre, je ne veux pas y croire, à 36 ans ce n’est pas possible, c’est trop jeune. Et là, commence une longue, très longue bataille quotidienne… mon fils n’avait que 6 mois lorsque s’est arrivé, je ne pouvais pas le porter, le changer ni même lui donner son biberon. Je me sentais inutile. Heureusement, mes deux grands enfants ont été patients et compréhensifs… Mais, ne pouvant plus faire grand-chose, j’ai loupé beaucoup de moments tout simples : les feux d’artifice, les balades au parc, les repas entre amis… Et oui, pour notre entourage la vie continue mais nous sommes spectateur de ce quotidien. Je me suis battue, beaucoup disent que mon mental a influencé mon combat.

L’acceptation

Aujourd’hui, j’ai repris le sport deux fois par semaine. J’ai totalement récupéré l’usage de mes membres. Mais, quand je suis fatiguée, je sens que ce n’est plus pareil. La fatigue est très difficile à gérer mais je ne fais plus de sieste, youhouuu 😉 Désormais, le soir je me couche après mes enfants, double youhou… Je rigole mais c’est vraiment une victoire, même si la fatigue est toujours présente il y a du mieux ! Ce qui a été le plus dur c’est d’accepter ! Accepter cet AVC qui m’a changé, accepter de ne plus être la « moi » d’avant, accepter d’avoir fait « subir » tout cela à mes enfants et mon chéri qui ont été au top…

Tout simplement, accepter que rien ne sera plus comme avant ! Nous sommes tous dans des situations semblables, le tout est de toujours positiver, il faut aller de l’avant et profiter car tout peut basculer.

Prenez tous bien soin de vous et de vos proches.

Bisous,

Séverine

 

Code : 18-1293