Bernadette

L’ACCIDENT

Le 24 août 2017, je promenais mon chien tranquillement, je profitais de la balade pour manger quelques mures. D’un seul coup j’ai senti, comme un avion à réaction qui me traversait la tête, un éclair lumineux, puis le noir complet. Je me suis assise difficilement sur le talus, le côté gauche de mon visage, mon bras et ma jambe étaient flasques. J’ai réussi à sortir mon téléphone de ma poche pour appeler mon fils, je voulais rentrer chez moi. Heureusement qu’il ne m’a pas écouté, merci Anthony ! J’ai vomi toutes les mures que j’avais avalées, en m’excusant auprès des secours qui étaient venus me chercher.  Encore merci à eux. J’ai rapidement été pris en charge.

MA PRISE EN CHARGE

Une fois arrivée,  je pense à tout ce que je ne pourrais peut-être plus faire… Je pense au fauteuil roulant, à la voiture, aux escaliers… Je ressens en même temps une fatigue intense.

Quelques jours plus tard, le médecin tente de me faire marcher. On aurait dit un bébé qui faisait ses premiers pas ! J’arrivais aussi à bouger mon bras mais il était toujours difficilement contrôlable.

6 mois plus tard, je ressens toujours de la fatigue. J’ai des problèmes de mémoire, je raconte 10 fois la même chose, j’ai les jambes qui tremblent, comme une personne ivre. On m’a dit que ce serait long, et ça l’est, mais on s’en sort ! Il faut faire le deuil de la personne que l’on était avant : je faisais de la course à pieds, je marchais, j’avais une alimentation équilibrée.

Mon AVC vient de mon cœur, je souffre de fibrillation atriale (FA).

L’ACCEPTATION

Ma plus grosse peur est d’en refaire un autre, même si il ne faut pas y penser. Ce 24 août 2017, je n’y pensais pas, il faisait beau, les oiseaux chantaient…

Il y a toujours de la vie, mes enfants, mes petits-enfants, et des amies, même si j’ai souvent l’impression d’être jugée. Le plus difficile pour moi est d’accepter la nouvelle Bernadette de 60 ans…

Bernadette

18-0597 06/2018 Boehringer Ingelheim France SAS